Emissions spéciales : la coopération transfrontalière au temps du Covid

La coopération transfrontalière en période de covid-19 : la parole d'acteurs de la coopération franco-allemande

Fréquence Europe avec le Centre d’Information Europe direct de Strasbourg

La crise sanitaire que nous connaissons aura donné une image assez controversée par la fermeture quasi généralisée et non coordonnée des frontières. Ces mesures ont encore des conséquences aujourd’hui, notamment dans des zones frontalières comme c’est le cas dans la Région du Grand Est, région transfrontalière par excellence, avec près de 760 km de frontières dont 450 km de frontières franco-allemande. A titre d’exemple, 164 200 résidents du grand Est travaillent dans un pays frontalier dont  près de 45000 personnes en Allemagne.

Nous avons souhaité donner la parole aux acteurs de terrain de la coopération transfrontalière franco-allemande afin qu’ils nous expliquent comment ils ont du s’adapter à cette situation exceptionnelle.

Partager sur facebook
Partager sur twitter

Sur la fermeture des frontières

Jean-Baptiste Cuzin, Directeur de la coopération transfrontalière, européenne et internationale à la Région Grand Est :

Il y a effectivement pu avoir autour du week-end du 14 et 15 mars le sentiment d’un fait accompli, d’une nasse qui se refermait sur notre frontière avec l’Allemagne, d’où la nécessité de nous coordonner pour pouvoir faire face à cette situation, à défaut d’avoir réussi à empêcher la fermeture des frontières, réussir à l’aménager

Nous nous sommes organisés dès le 12 mars en mettant en place une « cellule de contacts » (avec nos partenaires français et allemands) pour pouvoir nous parler de manière quotidienne et pouvoir à la fois sécuriser les infos sur l’annonce des mesures qui seraient prises de part et d’autre de la frontière …  Notre interface de dialogue,  nous a aussi permis dès le début de pouvoir faire remonter des informations que nous avions sur les incohérences, les anomalies, voire sur des situations parfois scandaleuses.

Klaus Schüle, Chef du Bureau des  relations transfrontalières du Land du Bade –Wurtemberg

Pour tous les pays en Europe, pour la France et l’Allemagne, la crise est venue très vite, en étant préparé, mais pas à 100% à cette situation.

Pour moi, c’est une situation très dure… Personne n’aimait ces nouvelles règles, mais il y avait la conviction qu’il fallait le faire.

Sur le transfert de patients français dans les hôpitaux allemands

Jean-Baptiste Cuzin : 

ça a été le produit d’une chaîne de solidarité et d’un travail collectif… Le constat a été fait que certains hôpitaux d’Alsace et Moselle arrivaient à point de saturation.

Les cadres existants ne prévoyaient pas de manière systématique que dans le cas d’une pandémie, il y ait des ressources hospitalières qui soient mises à disposition (par le pays voisin) … La demande a été posée dès le 18-19 mars. Elle a été traitée également au niveau politique… et tout ceci a permis en quelques jours le transfert des premiers patients au cours du week-end du 20 mars.

Entre le 21 mars, lorsque le premier patient a été transféré et la première semaine d’avril à la fin de laquelle les transferts ont été interrompus, il y aura eu plus de 150 patients qui auront été transférés vers les pays frontaliers (Allemagne, Suisse, Luxembourg) mais également vers des Landers non frontaliers, vers des Cantons suisse non frontaliers et vers Salzbourg.

Klaus Schüle : 

Après la demande française, on a dit on veut vraiment aider ! Alors, on a établi un système avec l’Association Régionale de Santé (ARS) qu’on a donné au « Regierungspräsidium » à Stuttgart … Après les hôpitaux français et allemands se sont organisés directement.

Suite à ces transferts de patients, nous avons eu beaucoup d’appels, de mails. Je me rappelle d’un citoyen français qui nous a dit qu’il avait beaucoup de problèmes avec l’Allemagne suite à la deuxième guerre mondiale et qu’ aujourd’hui pour lui ce qu’avait fait l’Allemagne était très important. Et nous, on était très heureux d’avoir pu aider la France dans cette situation.

Retrouvez les deux émissions « Fréquence Europe » 

Première partie, avec Jean-Baptiste Cuzin, Directeur de la coopération transfrontalière, européenne et internationale à la Région
 
Deuxième partie avec Dr Klaus Schüle, Chef du bureau des relations transfrontalières du Land du Bade –Wurtemberg

 

Morceau actuel

Titre

Artiste